Tag Archive for coque iphone 5s personnalisable

Iphone se et 5s How Black Reporters Report On Black Death-coque silicone galaxy a3-mskxar

Lors d’un apr√®s-midi d’ao√Ľt insupportablement chaud, je marchais le long de West Florissant Avenue √† Ferguson, Missouri, cahier √† la main, quand j’ai crois√© deux bons amis qui √©taient aussi √† l’heure, Joel Anderson de BuzzFeed et Jamelle Bouie de Slate. Nous nous connaissions depuis des ann√©es et nous plaisantions sur la fa√ßon dont nous nous r√©unissions rarement chez nous et nous mangions des ailes dans un gastropub de Saint-Louis, mais c’√©tait une r√©union √©trange: nous n’√©tions pas r√©unis pour un anniversaire. ou happy hour, mais parce que le corps d’un jeune homme noir √©tait rest√© quatre heures dans une rue √©touffante.

Au cours des 12 mois qui ont suivi, la conversation nationale sur la brutalit√© polici√®re a atteint un niveau plus √©lev√© que nous n’aurions pu l’imaginer. Nous sommes tous devenus des reporters √† temps partiel et des journalistes √† temps partiel, nous avons interview√© des membres de famille en pleurs, regard√© des vid√©os de dash cam et des t√©moins sur YouTube, et nous nous sommes battus avec les implications politiques √† long terme de ce moment. Sur ce point, j’approche probablement de 30 000 mots sur la race et la police. C’est tout ce que vous voulez dans une histoire cons√©quente, √©volutive, compliqu√©e.Ce travail va importer d’une mani√®re que tant d’autres histoires ne gagnent pas ou pas.

Mais ce rythme a √©galement √©t√© p√©nible et implacable. Je me sens mal √† l’aise de donner ma d√©mission, demandant de couvrir quoi que ce soit sauf que je ne me souviens m√™me pas de l’affaire ou de la vid√©o qui m’a amen√© √† ce point, mais je ne voulais plus le faire. J’ai parl√© √† une douzaine d’autres reporters noirs qui ont couvert la course et la police depuis la mort de Michael Brown ou m√™me plus tard, depuis Oscar Grant ou Ramarley Graham et √ßa a √©t√© un soulagement d’apprendre que je ne suis pas le seul. Ce sentiment de naufrage quand un hashtag du nom d’une personne noire commence √† tourner sur Twitter, l’√©vasion coupable de regarder la derni√®re vid√©o d’une personne noire perdant la vie, les √©clairs de ressentiment et d’irritation aux bons tweets et e-mails envoy√©s par les lecteurs Les gens √† qui j’ai parl√© de cette histoire partagent les m√™mes pulsions contradictoires avec lesquelles je me bats quand un nouveau cas se pr√©sente, d√©chir√© entre vouloir sauter dans un avion ou commencer esquisser un long essai, selon le cas, et vouloir se d√©connecter de Twitter et bloquer les courriels de mes √©diteurs.

Chaque r√©sident noir de Ferguson que j’ai interview√© l’ann√©e derni√®re avait sa propre histoire √† propos d’une coque site rencontre injuste avec des flics locaux. Et, sans surprise, presque tous les journalistes noirs √† qui j’ai parl√© ont mentionn√© une histoire similaire de leurs vies hors-jeu. Joel √† BuzzFeed m’a dit qu’il a √©t√© arr√™t√© trois fois par an par la police depuis qu’il a commenc√© √† conduire il y a deux d√©cennies. Charles Blow du New York Times a √©crit plus t√īt cette ann√©e sur la fa√ßon dont son fils, un √©tudiant de Yale, avait un pistolet tir√© sur lui par la police du campus qui pensait qu’il n’appartenait pas √† la biblioth√®que de l’√©cole. Etc.

J’ai mes propres histoires dans ce sens. Ces histoires, ces moments, ont pouss√© beaucoup d’entre nous dans le journalisme en premier lieu. Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous occupent des bureaux dans les salles de nouvelles nationales √† une √©poque o√Ļ les questions sur la police et la race sont sans doute la plus grande histoire du pays. En m√™me temps, beaucoup d’entre nous se demandent ce que signifie √™tre des reporters noirs qui parlent de la mort noire dans une industrie qui fonctionne traditionnellement comme ceci: Certaines personnes racontent des histoires difficiles (blanches, moyennes bourgeoises, surtout masculines), et d’autres personnes ont des histoires difficiles qui leur arrivent.C’est une industrie qui a longtemps revendiqu√© un id√©al n√©buleux d ‘¬ęobjectivit√©¬Ľ sans consid√©rer que l’homog√©n√©it√© flagrante de ses rangs contribue √† rendre cette affirmation cr√©dible.

Alors que les appels √† la diversit√© dans les salles de r√©daction se multiplient, nous ferions mieux d’examiner ce que signifie une coque s6 edge transparente classe professionnelle √©mergente et tr√®s appr√©ci√©e de reporters noirs dans des publications audacieuses qui traitent du raccourcissement de la vie noire dans ce pays. ‘R√© enqu√™ter sur les meurtres de la police et les √©coles s√©gr√©gu√©es et les politiques racistes de logement et de gonfler les petites amendes tandis que leurs proches, ou des gens qui ressemblent √† leurs proches, sont l√†-bas vivre ces histoires. Qu’est-ce que cela signifie pour les reportages que nous faisons, pour les marques que nous repr√©sentons, et pour notre propre sant√© mentale que nous n’arr√™tons pas d’√™tre des Noirs quand nous travaillons en tant que journalistes noirs. Que nous avons litt√©ralement la peau dans le jeu.

¬ę√Ä un moment donn√©, √ßa ressemble √† de la pornographie¬Ľ, m’a racont√© Trymaine Lee, une amie et journaliste √† MSNBC, il y a quelques semaines, quand je lui ai demand√© s’il avait d√©j√† eu du mal √† regarder une de ces horribles vid√©os. Nous √©tions assis sur un banc au centre-ville de Minneapolis, prenant une pause de la r√©union de cette ann√©e de l’Association nationale des journalistes noirs, qui a eu lieu le m√™me week-end que le premier anniversaire de la mort de Brown. Trymaine et moi avions l’habitude de travailler ensemble au New York Times et au Huffington Post, o√Ļ nous avons couvert l’histoire de Trayvon Martin. La derni√®re fois que nous nous sommes vus, c’√©tait √† Ferguson il y a 12 mois; nous nous sommes rencontr√©s une nuit alors que les tensions commen√ßaient √† augmenter. (‘OK’ ‘Je suis bon, d’accord’)

Trymaine, qui a 36 ans, est un chat gr√©gaire et s√Ľr de lui, et il voit ce travail comme sa vocation, alors j’ai √©t√© surpris d’apprendre que l’histoire de Ferguson lui a tellement manqu√©. ¬ĽJour apr√®s jour, pas seulement avec le la chaleur sur le sol, mais aussi la chaleur physique et la chaleur √©motionnelle de Ferguson ‘, se souvient-il.’ C’√©tait beaucoup. ‘

Et ce n’√©tait pas juste Ferguson: dans les jours qui suivirent la mort de Brown, la grimace s’allongea: John Crawford. Ezell Ford. Kajieme Powell. ‘C’√©tait juste l’un apr√®s l’autre apr√®s l’autre’, a d√©clar√© Trymaine. ‘En tant que journaliste, il faut garder une certaine distance √©motionnelle, tout ce processus vous enl√®ve beaucoup de choses.’

Trymaine est all√©e et venir dans le comt√© de St. Louis dans les mois qui ont suivi la mort de Brown, alors que les habitants attendaient nerveusement de savoir si Darren Wilson ferait face √† des accusations: ¬ęLa nuit [la d√©cision est tomb√©e], avant que tout explose Trymaine dit ressentir une profonde tristesse, non pas sur la d√©cision du grand jury, mais sur le d√©sespoir qu’il vit dans qamsung les jeunes hommes rassembl√©s autour des feux de West Florissant. ‘Mon Dieu, regarde o√Ļ nous sommes’ ‘, se souvient-il en pensant. ‘Je me sentais comme si je voulais pleurer pour les trois prochaines semaines.’

Ce n’√©tait pas la premi√®re fois qu’une grande histoire le laissait √©branl√©: pendant l’ouragan Katrina, Trymaine √©tait un petit reporter au New Orleans Times Picayune, son √©quipe gagnait un Pulitzer pour sa couverture, mais il se souvenait aussi d’√™tre en col√®re quelques mois plus tard. Ses nerfs √©taient effiloch√©s, il explosait chez des gens proches de lui, il ne savait pas ce qui se passait √† l’√©poque. Personne ne l’avait jamais averti du r√©sidu psychique de pagayer √† travers un lac de cadavres flottants.

Au cours de la d√©cennie qui a suivi, il a appris par lui-m√™me √† se surpasser, √† savoir quand il a besoin de se retirer d’une grande histoire √©mouvante et √©puisante. ¬ęCette fois-ci, je pouvais l’identifier¬Ľ, m’a-t-il dit. ¬ęDix ans plus tard, 10 ans plus sages.¬Ľ Bien s√Ľr, traiter avec des affectations inconfortables, c’est ce √† quoi vous vous inscrivez en tant que journaliste: ¬ęNous ne pouvons pas vivre dans une bulle, nous essayons de faire √©clater les bulles. Dans le cadre de notre travail, nous devons faire face √† ce genre de choses d’une mani√®re que les autres ne font pas. Mais dans le cas de quelqu’un comme Trymaine couvrant la mort de quelqu’un comme Freddie Grey ou Walter Scott, qui pourrait ressembler √† un oncle, √† un cousin, √† un fr√®re, il est facile de le voir n√©cessitant une gymnastique cognitive suppl√©mentaire. Nous sommes dans une position de journalistes, mais aussi de journalistes noirs, o√Ļ nous sommes constamment conscients de ces choses et luttons avec elles ¬Ľ, a-t-il d√©clar√©.

Nous avons eu √† parler du cas de Sandra Bland, qui est morte apr√®s plusieurs jours de prison apr√®s un arr√™t de police douteux. Trymaine a racont√© comment, √† l’universit√©, il √©tait r√©guli√®rement arr√™t√© par la police dans le South Jersey chaque fois qu’il sortait pour voir une petite amie de l’√©poque.Vous pourriez argumenter que Trymaine a endur√© ce qu’il voit comme une s√©rie de rencontres polici√®res fictives. ne peut pas rendre compte d’une histoire comme celle de Bland, mais il y a une autre fa√ßon de voir les choses: l’appel croissant en faveur de la diversit√© des salles de r√©daction vise √† attirer des reporters qui regardent le monde des s√©ries d’exp√©riences textur√©es √† la table, avec la promesse que cela conduira √† un meilleur journalisme.

Rarement les directeurs de salle de r√©daction expliquent ce que ¬ęmieux¬Ľ signifie. Mais le point de vue de Trymaine sur la race et la police, qui a √©t√© affin√© par ses propres exp√©riences, pourrait finalement l’aider √† fournir un ensemble de v√©rit√©s plus complet qu’un journaliste avec une imagination plus √©troite de toutes les fa√ßons dont une rencontre polici√®re pourrait tomber. Il pourrait pousser ses √©diteurs vers des enqu√™tes qu’ils n’auraient pas prioris√©es autrement. Les sources pourraient s’ouvrir plus facilement √† lui.

Mais si les reporters ¬ędivers¬Ľ aident les r√©dactions √† mieux faire le journalisme, les r√©dactions en font-elles assez pour s’assurer que quelqu’un comme Trymaine a le soutien et le soutien dont il a besoin pour ne pas s’√©puiser ou m√™me tomber en panne Nous demandons aux journalistes de garder une distance critique et impartiale par rapport √† leurs histoires. Mais que se passe-t-il lorsque les histoires qu’ils couvrent ne sont pas des abstractions, pas seulement des choses qui arrivent √† d’autres personnes Que se passe-t-il lorsque les √©chos de ces histoires r√©sonnent dans leur propre vie

Je me retrouvais avec cette question quand Trymaine et moi avons conclu notre conversation et nous sommes all√©s d√©jeuner. J’ai regard√© mon t√©l√©phone et je me suis rendu compte que dans le peu de temps que nous avions parl√© sur le banc, le hashtag

L’√©t√© dernier, Wesley Lowery, un jeune journaliste du Washington Post (et une autre connaissance personnelle), s’est retrouv√© dans l’histoire quand il a √©t√© arr√™t√© pour violation de propri√©t√© √† Ferguson. Certains officiers de police lui avaient demand√© de quitter un McDonald’s o√Ļ lui et d’autres journalistes √©taient affam√©s, et ils ont d√©cid√© qu’il ne bougeait pas assez vite. Ils l’ont jet√© contre une machine √† soda et l’ont menott√©. (Juste pour ce genre, sa rencontre a √©t√© captur√©e sur vid√©o.) Juste la semaine derni√®re, comme Wesley retourn√© √† Ferguson pour la couverture anniversaire, la ville a d√©pos√© des accusations contre lui pour intrusion et interf√©rer avec un policier, li√©e √† l’ann√©e pr√©c√©dente ‘s ‘J’√©tais anxieux et stress√© parce que je devais faire face √† tout √ßa √† nouveau,’ me dit Wesley plus tard dans la nuit, il √©tait juste sorti du t√©l√©phone, essayant de calmer sa m√®re. ‘Ca va √™tre une grosse distraction pendant un moment.’

Wesley, qui a 25 ans, a √©t√© l’un des journalistes les plus connus sur ce rythme depuis Ferguson, o√Ļ il a attir√© l’attention √† la fois pour le volume de ses tweets sur les manifestations et pour leur t√©nor. Wesley a tweet√© des citations directes de r√©sidents en col√®re et a sembl√© canaliser la voix et l’√©motion des manifestations, ce qui s’est av√©r√© √™tre imm√©diat et rafra√ģchissant pour certains, et biais√© et politiquement charg√© pour les autres. Le sentiment de maturit√© √† travers le pays, √† un moment donn√©, a attir√© la col√®re du troll tristement c√©l√®bre Chuck Johnson, qui a tweet√© l’adresse de ses parents, d’une mani√®re que beaucoup ont interpr√©t√©e comme une tentative d’intimidation et de le r√©duire au silence.

Au cours de l’ann√©e √©coul√©e, Wesley a √©t√© essentiellement √† la recherche du rythme des in√©galit√©s raciales, ce qui, comme vous pouvez l’imaginer, n’est pas facile. ‘Je ne voulais pas aller √† North Charleston pour Walter Scott’, se r√©f√©rant √† l’homme non arm√© en Caroline du Sud qui a √©t√© abattu dans le dos alors qu’il courait d’un flic apr√®s un arr√™t de circulation. ‘R√©trospectivement, je suis content de l’avoir fait mais c’est si p√©nible. Ce ne sont m√™me pas les histoires que vous racontez qui racontent les histoires que vous ne faites pas, il y a ce besoin de toujours savoir tout ce qu’il y a √† dire. ¬ĽM√™me s’il ne finit pas par √©crire, disons, la mort de Sandra Bland, il doit avoir une id√©e sur les d√©tails. ‘Il y a cette recherche sans fin. Je dois lire tous les hashtags. Je dois lire √† propos de chaque cas. ‘

Ces histoires arrivent √† un rythme si rapide qu’elles se font boule de neige, emportant avec elles la masse accumul√©e de toutes les histoires sinistres qui ont pr√©c√©d√©. Attendez, √©tait-ce le type qui a √©t√© tu√© en cosplay Non, pas ce mec tu√© par le flic en Caroline du Sud; l’autre gars qui √©tait. Non, pas ce joueur de football coll√©gial tu√© par la police; L’autre. Wesley m’a dit qu’√† partir du moment o√Ļ il a racont√© l’histoire de Ferguson il y a quelques semaines, un √©diteur lui a pos√© des questions sur les derni√®res nouvelles de l’affaire Christian Taylor. ‘C’est comme,’ Voici ‘cette vid√©o de ma m√®re qui a √©t√© tu√©e par la police il y a cinq ans.’ ‘J’ai besoin de vous pour raconter mon histoire.’ ‘Puis-je vous d√©poser ces documents’ Les gens lui tendent la main parce qu’il est un journaliste avec une √©norme plate-forme nationale qui √©crit sur des cas qui, jusqu’√† tout r√©cemment, pourraient ne pas enregistrer plus qu’un blip local. ‘Vous devenez quelqu’un √† qui les gens vont,’ a-t-il dit. C’est une fa√ßon de raconter leur histoire, et vous savez que vous ne pouvez pas tous les faire.

Quelques autres journalistes √† qui j’ai parl√© de cette histoire ont exprim√© cette pr√©occupation: ne pas pouvoir rendre justice √† chaque histoire, chaque hashtag, chaque vie perdue. ‘En termes de prise en charge de moi-m√™me,’ me dit Wes, ‘nous sommes l√† depuis un an, j’ai besoin de prendre un peu de repos, et je n’ai pas’ t ‘. Une partie de la fatigue qu’il a d√©crite ressemblait √† quelque chose que Trymaine m’avait dit: g√©rer la double vision de se voir soi-m√™me ou de quelqu’un que l’on aime dans l’histoire du malheur, tu es l√†, dans la banlieue de Cleveland, lui et ses fr√®res Il se souvient d’abord avoir eu affaire √† cette double vision lors de l’affaire Trayvon Martin: ¬ęJ’√©tais un homme noir √† la peau claire qui se promenait en sweat √† capuche et achetait des bonbons par commodit√©. ¬ęCombien de nuits ai-je habill√© exactement le m√™me qu’il √©tait, en faisant exactement la m√™me chose qu’il faisait¬Ľ a-t-il dit.

‘L’histoire de Trayvon Martin m’a vraiment touch√© parce que j’ai grandi √† l’√©cole secondaire o√Ļ il est all√©’, me dit Yamiche Alcindor, ‘je connaissais cette r√©gion et je savais ce qu’√©taient les jeunes de 17 ans √† Miami’.

Yamiche, qui a 28 ans, a √©t√© l’une des journalistes qui a contribu√© √† faire conna√ģtre l’histoire de la mort de Martin au radar de la nation, qui couvre les derni√®res nouvelles d’USA Today depuis quelques ann√©es. Nous avons rattrap√© par t√©l√©phone la semaine derni√®re alors qu’elle quittait son dernier voyage √† Ferguson; elle, comme beaucoup de gens sur ce d√©tail, √©tait en devoir d’anniversaire. Je voulais parler avec Yamiche parce que malgr√© son √Ęge, elle avait d√©j√† eu plus de repr√©sentants que ceux d’entre nous qui √©taient plus r√©cents dans ce domaine. √™tre trop

Peut-√™tre plus que la plupart d’entre nous, Yamiche a beaucoup r√©fl√©chi √† ce √† quoi ressemble le bien-√™tre sur un rythme comme le sien. ¬ęBien que j’aie aim√© couvrir Ferguson, et j’ai aim√© couvrir tous les cas, et toutes les conversations qui en d√©coulent, je prends d√©finitivement du temps pour moi-m√™me¬Ľ, m’a-t-elle dit.

Yamiche avait r√©cemment entendu le discours d’un journaliste de guerre chevronn√© sur la n√©cessit√© pour les journalistes qui couvrent des histoires traumatisantes de trouver un √©quilibre dans leur vie.Le parall√®le qu’il a tir√© √† des histoires qui ont fait surface dans la longue queue de Ferguson coll√© avec elle. re couvrant le mouvement Black Lives Matter, mais ce besoin de se calmer, ce besoin de se retirer, est vrai de beaucoup d’autres beats ‘, a-t-elle dit, comme le reportage de guerre. ¬ęCe n’est pas la fatigue qui bat¬Ľ, dit-elle. ¬ęVous √™tes juste en train de d√©mangeaisons pour quelque chose de nouveau¬Ľ, ¬ęautant de fatigue √©motionnelle, parce que vous √™tes vraiment en train de vous plonger dans ces histoires¬Ľ.

Yamiche a dit qu’elle s’est toujours consid√©r√©e comme une journaliste criminelle qu’elle m’a racont√©e au sujet de son premier byline, sur une histoire de viol sur une √©cole alors qu’elle √©tait intern√©e dans un journal alors qu’elle √©tait adolescente et elle a continu√© √† raconter des histoires difficiles depuis. dit qu’elle a pris un moment pour pleurer dans sa voiture tout en couvrant le tournage de l’√©cole de masse √† Newtown, Conn. Elle a dit qu’elle a appris √† reconna√ģtre les sentiments forts √† propos de ses histoires comme un signe qu’elle est enti√®rement √† l’√©coute. jamais envie d’arr√™ter compl√®tement d’√™tre √©motionnel ¬Ľ, a-t-elle dit. ‘J’ai l’impression que mon humanit√© renforce mes reportages, je ne veux pas que mes reportages soient froids.’.